Le cri du corps d’Anne-Véronique Herter

  • Auteur : Anne-Véronique Herter
  • Titre : Le cri du corps
  • Edition : Michalon
  • Prix : 19€
  • Nombre de pages : 290 pages
Le harcèlement au travail est un sujet qui est beaucoup abordé dans le monde de l’entreprise mais qui ne bénéficie pas encore assez de témoignages.

Dans ce livre écrit sous forme de témoignage-analyse, Anne-Véronique Herter et de nombreux psychologues/consultants reviennent sur les causes et les méthodes du harcèlement en milieux professionnel.

C’est un récit très intéressant que nous livre l’auteur ici. Elle-même touchée par ce fléau, elle décrypte pour nous les raisons qui poussent une personne à harceler une autre ainsi que la façon dont c’est le plus souvent traité. Tout en déculpabilisant la personne harcelée, elle n’accuse pas pour autant la personne qui en fait souffrir une autre. Et je pense que c’est la façon de voir la plus intelligente que j’ai pu lire sur ce sujet.

Dans la société actuelle, on n’hésite pas à voir une personne harcelée comme une victime toute définie, presque prédestinée à être le souffre-douleur. Et a contrario, l’harceleur est systématiquement vu comme une personne mauvaise, manipulatrice, avide de pouvoir. Mais c’est bien plus compliqué que ça. J’ai vraiment apprécié qu’on revienne à un rapport d’Humain à Humain et plus seulement d’harcelé à harceleur.

Je pense vraiment que ce livre peut être bénéfique autant pour des personnes souffrant d’un malaise sur le lieu de travail que pour les autres. Parce que ça peut arriver à tout le monde, dans le bon comme dans le mauvais sens. Il nous aide réellement à se rappeler que derrière tout salarié se cache une personne, avant tout.

Publicités

Une seconde de trop de Linda Green

  • Auteur : Linda Green
  • Titre : Une seconde de trop
  • Edition : Préludes
  • Prix : 16,90€
  • Nombre de pages : 448 pages
On a tous des maisons d’éditions que l’on aime plus que d’autres .. Préludes, depuis quelques années, a vraiment une place de choix dans mon cœur. Mais il y a toujours eu un hic : les polars. Rien à faire, il est rare que j’arrive à me plonger dedans et malheureusement, j’abandonne souvent. Mais il ne faut jamais dire jamais.

Lisa est au parc avec sa petite fille de 4ans, Ella. Elles entament une partie de cache-cache qui malheureusement va très vite tourner au drame. Alors que Lisa termine de compter, que des dizaines de personnes sont avec eux, Ella a disparu. Pas un cri, pas une larme. Commence alors un terrible contre la montre pour la mère de famille.

La force de ce thriller, c’est l’écriture. L’auteur décide dès les premières pages de rendre le lecteur omniscient. Alors que Lisa découvre la disparition de sa fille, le lecteur sait avec qui elle est, et pourquoi elle en est là. C’est vraiment puissant puisqu’il est rare que cela soit si bien gérer. Il n’y a pas de partie plus faible que l’autre. Nous sommes aussi impatients de lire Lisa que de savoir ce qu’il arrive à Ella.
Le déroulé de l’histoire et la façon dont l’enquête est menée est elle aussi assez prodigieuse. Et j’apprécie que ce soit un scénario des plus plausible. Ici, des coupables aux innocents, chaque personnage peut vous rappeler une connaissance, peut-être même vous.

C’est vraiment un thriller passionnant, dont on ne se lasse pas tout le long, et qui pourrait presque être classé en littérature. Un joli coup de maitre de l’auteur et de la maison d’édition qui parvient a nouveau à faire émerger de très fort potentiels.

Dans les bras de Verdun de Nick Dybek

  • Auteur : Nick Dybek
  • Titre : Dans les bras de Verdun
  • Edition : Presses de la Cité
  • Prix : 21€
  • Nombre de pages : 336 pages
La rentrée littéraire est toujours l’occasion de découvrir de nouveaux thèmes, de nouveaux auteurs .. Et je dois dire que celui-ci m’a prise de court !

L’action se déroule en 1921, à l’ossuaire provisoire de Verdun. Tom, un jeune homme de Chicago y travaille depuis quelques mois, gérant les recherches avec un prêtre. Un jour, il rencontre Sarah, une américaine a la recherche de son mari parti faire la guerre et dont elle est sans nouvelles. C’est auprès de Tom, à Verdun, qu’elle va trouver de l’aide pour ses recherches.

C’est un roman sombre, en pleine période d’après-guerre, qui sent la poussière et la cendre .. On imagine facilement le ciel gris et les paysages détruits par les bombes .. Et pour avoir déjà eu l’occasion de visiter Verdun, c’est très fidèle à la réalité !

On est face à un roman singulier, où contrairement à l’optique la plus souvent travaillée, on ne suit pas un poilu pendant ou après la guerre mais un jeune homme qui n’a pas combattu. L’après-guerre et la recherche des soldats disparus est menée à bras le corps par Sarah mais également par des centaines d’autres personnes, et j’ai trouvé ça fascinant.

En parallèle, on assiste également à l’histoire d’un soldat amnésique, qui déchaine les foules et redonne espoir a de nombreuses personnes qui espère y voir un frère, un fils, un mari .. J’ai été bien plus intriguée par l’histoire de Sarah et Tom que celle de cette homme, mais c’est une part de l’histoire tout de même très intéressante ..

C’est une œuvre qui va conquérir les cœurs des amoureux de l’Histoire, et ceux qui ont envie de voyager dans le monde d’après-guerre !

Dans le murmure des feuilles qui dansent d’Agnès Ledig

  • Auteur : Agnès Ledig
  • Titre : Dans le murmure des feuilles qui dansent
  • Edition : Albin Michel
  • Prix : 20€
  • Nombre de pages : 340 pages
Agnès Ledig est une actrice incontournable de la littérature française désormais. A chaque parution, c’est le succès garanti.

Dans ce 6ème roman, Anaelle, jeune auteur, a besoin de l’aide d’un magistrat pour s’assurer de la fidélité de son roman avec les procédures réelles. Elle contacte donc Hervé, un procureur de la république qu’elle a croisé durant ses études. Une correspondance va alors débuter entre eux deux.

J’ai adoré les premières pages, les premiers échanges entre Hervé et Anaelle. La correspondance qui s’installe est agréable et j’attendais avec impatience les lettres des deux personnages. Le style épistolaire est particulièrement bien abordé par Agnès Ledig qui manie le genre à la perfection. La façon qu’ils ont de se découvrir par les mots est captivante et c’est concrètement ce que j’ai le plus aimé ici !

Le hic, c’est le reste .. Agnès Ledig a toujours eu cette écriture pleine de bons sentiments, avec un rapport à la nature très fort. Sur ce livre ci, c’est également le cas .. Dès les premiers chapitres, on rencontre un jeune homme qui s’occupe de son petit frère malade d’une leucémie. Un sujet également récurent dans les œuvres de l’autrice. Et là, on m’a perdu .. Cette histoire ne m’a absolument pas séduite, je l’ai trouvé trop prévisible et trop classique malheureusement .. Je me suis vraiment passionnée des lettres mais c’est à peu près tout ..

Et c’est là que le bas blesse .. La recette est encore la même que dans les autres tomes .. Une femme blessée, un homme triste, un enfant malade ou différent .. Et j’ai eu du coup beaucoup de mal a me prendre d’amour pour l’intégralité du roman .. Surtout qu’un personnage, jouant « la méchante » était bourrée de stéréotype .. La femme seule, amoureuse de son chef, qui développe une maladie .. Mouais mouais ..

Vous l’aurez compris, je ne sais pas trop quoi en penser .. Je l’ai lu sans difficulté, mais ce n’est pas le coup de cœur .. J’espère que le prochain me laissera moins douteuse !

Celestine petit rat de l’Opéra de Gwenaele Barussaud

  • Auteur : Gwenaele Barussaud
  • Titre : Célestine petit rat de l’opéra (3 tomes actuellement)
  • Edition : Albin Michel Jeunesse
  • Prix : 6,90€
  • Nombre de pages : 144 pages par tome environs
J’ai une véritable passion pour la danse, et la littérature jeunesse renferme énormément de série sur ce sujet ..

J’ai donc, il y a quelques mois, fait l’acquisition des deux premiers tomes de la série, puis du dernier ! Célestine est une petite fille vivant à Lille, dans les années 1900. Passionnée par la danse classique, elle va tenter le concours d’entrée à l’Opéra de Paris !

La belle particularité de cette série, c’est l’époque ! En pleine Exposition Universelle, Célestine va découvrir Paris et son effervescence ainsi que l’univers de la danse, de façon bien plus intense que lorsqu’elle vivait à Lille.

On est clairement sur de la première lecture (je pense entre 7 et 10 ans), sur une collection ludique et colorée, donnant réellement envie aux plus petit le gout de la lecture. Bien sûr, j’ai dévoré les trois tomes, retrouvant avec plaisir cette petite fille pleine de vie et d’enthousiasme. Pour coller au genre, il lui arrive plein de petits malheurs, mais ce n’est jamais pessimiste, et je pense que les enfants qui auront la chance de se plonger dedans auront plus souvent le sourire aux lèvres que les larmes aux yeux !

Je dois attribuer une mention particulière aux dessins qui sont particulièrement jolis ! Douceur, luminosité, fidélité sur les scènes de ballet .. Aucun doute que tous les amoureux de la danse classique et des jolis dessins y trouverons là aussi leur compte !

J’ai vraiment un amour particulier pour cette jolie série, et j’ai hâte que le 4ème tome arrive !

L’atelier des sorciers de Kamome Shirahama

  • Auteur : Kamome Shirahama
  • Titre : L’atelier des sorciers (2 tomes actuellement)
  • Edition : Pika
  • Prix : 7,50€
  • Nombre de pages : 200 pages par tome environs
Je vais vous parler de quelque chose que vous n’aviez encore jamais vu ici, puisque ce n’est que très récemment que je me suis intéressée au genre : le manga. Jusqu’à présent, je ne m’y intéressais absolument pas, complètement perdue dès qu’il s’agissait d’en ouvrir un et de lire dans le sens japonais .. Et puis une, deux, trois séries m’ont intriguée et j’ai passé le cap .. Désormais, plus aucun soucis .. Et c’est l’occasion d’y découvrir de vraies pépites !

L’atelier des sorciers nous raconte l’histoire de Coco, une jeune fille qui va devenir le disciple de Kieffrey. Une véritable exception puisque dans l’univers des sorciers, on né sorcier, on ne le devient pas. Bien sûr, elle va devoir faire ses preuves et s’investir dix fois plus que les autres élèves à l’école.

C’est le premier ENORME Coup de cœur que j’ai dans l’univers du manga .. J’ai trouvé l’histoire passionnante, ultra bien menée et j’y ai ressenti les frissons, retrouvant l’amour pour ce monde de sorcellerie que j’ai tant aimé dans Harry Potter. Coco est attachante, plein de bonnes volontés et stupéfiante de culot et de détermination. Très rapidement, on est submergé par son histoire, cherchant à percer les secrets de ce nouvel univers.

L’autre énorme force de la série, c’est le dessin. Puisqu’un manga se base aussi sur l’image, on peut dire que celui-là est une pure merveille. Certaines planches ressemblent à des gravures, avec une foule de détails dans les visages, les décors, les pentacles qui gèrent les pouvoirs des étudiants .. C’est stupéfiant et complètement addictif ! J’ai pris un plaisir dingue a chaque page, aucune planche n’étant tracée à la va vite ..

C’est un pur bonheur, j’ai vraiment hâte de voir où cette magnifique série va nous emporter !

Les optimistes meurent en premier de Susien Nielsen

  • Auteur : Susie Nielsen
  • Titre : Les optimistes meurent en premier
  • Edition : Hélium
  • Prix : 14,90€
  • Nombre de pages : 187 pages
La littérature jeunesse renferme de sacré pépite .. Et j’ai eu l’occasion de lire celle-ci !

Petula a connu un drame, et depuis, sa vie a complètement changé. Cette jeune fille est emplie de phobie afin de ne prendre aucun risque et d’éviter toute catastrophe. Au lycée, elle fait partie d’un groupe d’art-thérapie de manière non volontaire, et même si personne ne se supporte dans ce groupe, l’arrivée de Jacob, un « homme bionique » va tout changer pour la jeune fille ..

C’est un très joli roman, plein de douceurs et de bienveillance .. Petula est une jeune fille très attachante, dès les premières pages .. On ressent l’importance pour elle de ne pas revivre un drame, quel qu’il soit. On la sent fragile et très instable, a la recherche de la sécurité, quitte a en sacrifier son bonheur.

On parlait il y a quelques semaines de cela de la perception du deuil dans la littérature jeunesse, et dans ce roman, je trouve que l’on est bien plus proche de ce que j’imagine être la bonne approche pour des jeunes adultes. Sans jamais rentrer dans le pathos ou le désespoir, on sent la reconstruction qui s’opère peu a peu, avec les hauts et les bas que cela implique pour une jeune fille qui découvre l’amour en palliant un manque que rien ne pourra remplacer ..

C’est vraiment une belle histoire, qui sous ses airs de roman triste, est une magnifique leçon d’amour et de soutient .. Et j’aime particulièrement la façon dont l’auteur aborde tout cela ..

La vraie vie d’Adeline Dieudonné

  • Auteur : Adeline Dieudonné
  • Titre : La vraie vie
  • Edition : L’iconoclaste
  • Prix : 17€
  • Nombre de pages : 270 pages
Je ne sais pas si vous vous rappelez de l’amour que j’ai pour le roman ‘’Ma reine’’ de Jean-Baptiste Andréa, un joli petit bijou paru l’an dernier, également chez l’Iconoclaste. Vous vous doutez bien que je ne pouvais pas me pencher avec attention sur les primo’ romans de cette rentrée littéraire.

Dans ce roman, la famille vit dans un pavillon on ne peut plus basique. Il y a quatre chambres : celle de l’héroïne, celle de son petit frère, Gilles, celle de leurs parents bien sûr, et celle des cadavres. Un jour, un accident vient bouleverser la vie de cette grande sœur et de son frère. Un accident qui aura comme incidence la disparition du rire de Gilles. Des lors, elle se fait la promesse de remonter le temps et de sauver les éclats de rires de cet être qu’elle aime tant.

Durant 6 ans, on va retrouver cette pré-adolescente jusqu’à l’age adulte, quasiment. On y découvre une jeune fille passionnée, intelligente, aimante .. Qui malheureusement n’est pas tombée dans la bonne famille .. Dans cet univers de chasse, elle tente de maintenir une normalité qui est loin d’être aussi évidente ..

Les animaux ont une place dingue dans ce roman. Entre les trophées de chasse du père et l’importance de son petit chien a elle, on saisit rapidement que le père est attiré par la mort, toujours plus grande, quand elle rêve de vie et de grands espaces ..

Ce rapport entre ce besoin de vivre et cette envie de détruire est d’autant plus forte qu’a chaque chapitre, on plonge toujours un peu plus dans le sordide, dans l’horreur, dans les abimes .. Le lecteur comme l’héroïne ne perçoit aucune possibilité de s’en sortir .. Il y a même une scène où j’ai été obligé de ne pas m’arrêter tant j’étais mal a l’aise pour elle .. On croit en elle, mais parfois, on se demande si elle y parviendra ..

C’est un véritable coup de cœur pour moi. C’est un roman noir comme on en lit rarement, où le pari est osé mais largement mené .. J’ai été complètement éblouie par la plume de l’auteur qui, croyez-moi, va vite se faire une TRES Grande place dans le monde de la littérature, je n’en doute pas .. Et avec ce primo roman, les éditions L’Iconoclaste parvient, a nouveau, a conquérir mon cœur.

Il est grand temps de rallumer les étoiles de Virginie Grimaldi

  • Auteur : Virginie Grimaldi
  • Titre : Il est grand temps de rallumer les étoiles
  • Edition : Fayard
  • Prix : 18,50€
  • Nombre de pages : 396 pages
Virginie Grimaldi est depuis maintenant quelques années, une des autrices les plus aimées en France. Avec ce 4ème roman, elle signe un nouveau succès que je pense largement mériter.

Anna a deux filles : Chloé, 16 ans et Lili, 12 ans. Alors qu’elle perd son emploi, elle décide de tout plaquer pour un temps et d’embarquer ses deux enfants dans un voyage jusqu’en Scandinavie pour y voir les aurores boréales. Un périple qui aura le mérite de réserver de nombreuses surprises a ces trois femmes !

Sous forme d’un roman choral, ces trois femmes nous emportent avec elles dans leurs vies. Chloé par son blog, qu’elle va alimenter tout au long de ce voyage, Anna par sa narration simple, Lili par son journal intime.

On y retrouve bien entendu la marque de fabrique de Virginie Grimaldi avec un humour ultra présent, des instants d’émotions sans pareil .. A aucun moment on ne s’ennuie, et ici, ce rajoute la plus-value d’un paysage à vous couper le souffle, qui vous emporte a travers l’Europe du nord ! A aucun moment on ne peut se douter que l’auteur n’y est jamais aller !

C’est un vrai beau voyage initiatique que vont vivre cette famille 100% féminine, une redécouverte des unes et des autres, des failles que toutes les femmes possèdent en elles et qui rends ces personnages si communs et si attachant ..

J’ai adoré retrouver Grimaldi dans ce 4ème roman. Elle sait à nouveau conquérir notre cœur et nous emporter avec elle dans des aventures toujours plus dingue .. Un vrai bonheur, qui malheureusement passe trop vite .. Hâte de lire le prochain !

Les prénoms épicènes d’Amélie Nothomb

  • Auteur : Amélie Nothomb
  • Titre : Les prénoms épicènes
  • Edition : Albin Michel
  • Prix : 17,50€
  • Nombre de pages : 162 pages
Ca y est, la saison de la rentrée Littéraire est officiellement ouverte ! Et comme tout les ans, pour notre plus grand plaisir, il nous apporte un nouveau roman d’Amélie Nothomb !

Dans ce nouveau roman, Claude et Dominique ont une fille : Epicène. Celle-ci a une relation très compliquée avec son père, et quasi exclusive avec sa mère ..

Encore une fois, Amélie Nothomb travaille autour de la famille, des relations enfant-parent mais aussi, dans le couple. J’ai été très vite captivée par Epicène, une enfant très intelligente et qui très vite, comprends l’importance de se blinder vis-à-vis de certains membre de sa famille .. On sent l’amour puissant pour sa mère, et cette haine envers son père .. Sans toujours comprendre réellement pourquoi lui réagit de la sorte ..

En parallèle, il y a cette histoire d’amitié dans la bourgeoisie parisienne .. La localisation de la famille a une place très importante dans la vie des personnages et dans leurs rapports aux autres .. Que ce soit l‘amitié de sa mère avec Reine ou celle d’Epicène avec son amie d’école, on sent que le côté de Paris qu’elles habitent dicte leur comportement, leur geste et leur façon de penser .. Et je dois dire que c’est l’un des aspect du roman qui m’a le plus captivée!!

De nouveau, ce roman est une pépite ! Amélie Nothomb revient a ce qu’elle sait faire de mieux .. Je regrette toute fois, que la fin soit si rapide .. Elle cloture l’histoire un peu trop vite a mon gout .. Mais je lui pardonne, parce que j‘ai tout de même passé un super bon moment !